Témoignage de Jean de Dieu Akumuntu, un des premiers jeunes rencontré

Publié le par CPAJ

« J'ai 24 ans. J’adore le dessin et la musique : jouer la guitare, le synthé.

 

Le CPAJ m'a aidé à faire ressortir le don que j'avais en moi : le dessin. Et c’est ce don qui me permet aujourd'hui de nourrir ma famille et de soutenir les gens autour de moi. »




Mon histoire

Pendant le génocide j'ai perdu mes parents, mes frères et sœurs. J’avais 9 ans. Seul je suis parti vivre dans la rue, enfin dans la décharge de Nyanza près de Kigali. Avec d’autres jeunes, on y dormait sur des cartons. Je suis resté 4 ans dans la décharge.
 
Un jour, Danielle
(la fondatrice du CPAJ : lisez son témoignage en cliquant ici) est venue jeter des déchets à le décharge et nous sommes venus pour l’aider à jeter ça. Nous voyant très sales, Danielle nous a dit que nous pouvions venir avec elle pour nous laver si nous voulions.
 
Quand on a vu que c'était une blanche qui nous proposait cela on s'est dit qu'elle allait peut-être nous donner de l'argent ou de la nourriture alors on l'a suivi. Et c’est ainsi qu’on est arrivé au CPAJ (qui ne s'appelait pas encore CPAJ). Après s’être lavé on a finit en jouant toute la journée et on a pris la bouillie. Puis le soir on est retourné à la décharge.
 
Mais Danielle nous a dit qu'il fallait revenir prendre de la bouillie quand on voulait. Alors petit à petit nous sommes revenus plus souvent. Et pour finir nous avons accepté de dormir au centre. La première nuit nous étions 6.
 
Par après, les encadrants du CPAJ nous ont poussés à reprendre l'école primaire. Mais moi j'avais trop de problèmes dans ma tête à cause du génocide pour retourner à l'école. Donc j'ai quitté le CPAJ et je suis retourné vivre dans la décharge.
 
Mais un des encadrants est venu me trouver accompagné de deux autres jeunes et ils ont réussi à me convaincre de revenir vivre au CPAJ.
 
A ce moment là, Danielle m'a dit que même si je ne retournais pas à l'école je pouvais étudier autre chose : la fabrication de meubles en cartons, la boulangerie,… Puis elle a remarqué que là où j'étais le plus doué c'était dans le dessin. On m'a donc orienté vers la sérigraphie. Ils sont même allé chercher un artiste qui connaissait bien ce métier pour qu'il puisse me l'enseigner.
 
Au départ Danielle voulais que je dessine sur le papier ce qui me troublait. Pour elle c'était une "thérapie". Mais moi cela m'a permis aussi de découvrir un métier qui me plait. Aujourd'hui c'est cela qui me fait vivre. On peut même dire que je fais parti des 5 personnes au Rwanda qui savent le mieux faire la sérigraphie et nous sommes recherchés pour cela.
 
En 2005 j'ai quitté le CPAJ. Aujourd’hui j'habite dans ma propre maison. Avec deux petites sœurs que j'ai retrouvées encore en vie. Et le fils de mon grand frère. Et deux amis rencontrés ici au CPAJ. Pour ces 5 enfants et un autre je leur paye le minerval (les frais d’inscription à l’école), les habits, la nourriture.
 
Aujourd’hui ça marche pour moi. Je vais me marier en novembre prochain et fonder ma propre famille. Si Danielle pouvais être là en ce jour je serais très content.
 
Quand je vois un enfant qui traîne dans la rue je suis angoissé et tourmenté.
 
Aujourd'hui j'ai décidé de revenir au CPAJ pour discuter avec les enfants qui sont ici et leur proposer différentes activités et jeux. Je leur parle de la manière de vivre une fois qu'on quitte le centre pour habiter dans la communauté. Je leur donne mon témoignage. J'ai habité dans la rue. J'ai habité au CPAJ et aujourd'hui j'ai ma propre maison. Avec une clôture et tout.
 
Pour sortir de la rue, la première chose c'est d'avoir confiance en soi, de croire en ses capacités. Pour moi c'est important de partager ce que j'ai vécu avec les plus jeunes pour leur donner du courage et des idées.
 
Pour terminer je voudrais aussi remercier tous ceux qui m'ont soutenu pour me faire quitter la rue et avoir la bonne vie que j'ai aujourd'hui.

 

 


Sur ce blog vous pouvez aussi retrouver les éléments suivants :

 

 

 

 

 

 

 


Pour toute question, suggestion ou remarque, merci de nous contacter sur l’adresse email suivante : cepajeune1@yahoo.fr

Commenter cet article