Témoignage de Marie Louise Nigena, 17 ans

Publié le par CPAJ

« J'aime jouer au foot et au volley. J'aime la danse moderne et le théâtre. J'aime aussi utiliser le théâtre pour trouver des solutions aux problèmes de la vie concrète : par exemple avec un enfant qui n'arrive pas à réintégrer sa famille. Ce qui me donne de l'espoir c'est qu’aujourd’hui j'ai la chance d'étudier et d’être en bonne santé.

 

Le CPAJ m'a fait quitté la rue et ma aidé à réintégrer l'école. Cela m'a donné de la force pour affronter la vie. »




Mon histoire

 

Mon papa est mort pendant le génocide. Je suis allé dans la rue quand j'avais 6 ans. Nous étions beaucoup d'enfants dans ma famille et ma maman n'avait pas les moyens de nous nourrir et de nous encadrer tous. Je suis partie avec mes frères vivre dans la décharge de Nyanza près de Kigali. On passait notre journée là-bas à manger ce qu’on récupérait des poubelles et à chercher du métal. Le soir on rentrait à la maison à Kagarama.
 
Puis on a eu la chance que l'EPR et Danielle Robertson aient décidé de créer le centre CPAJ qui nous a accueilli. En effet ce sont les encadrants du CPAJ qui sont venus nous rencontrer dans la décharge pour nous faire quitter la rue. Quand on est arrivés au CPAJ ils nous ont donné du savon, de la nourriture et des jeux.
 
Et très rapidement j'ai commencé l'école primaire. Le CPAJ nous a aussi donné ce qu'il fallait pour pouvoir étudier dans des bonnes conditions : cahiers, uniforme,...
 
Le soir je rentrais dormir chez ma mère car ce sont seulement les garçons qui restent au CPAJ.
 
J'étais tellement contente car quand j'étais dans la rue je n'imaginais pas que l'école serait pour moi aussi. Depuis cette année, l'école a bien marché. Je suis aujourd'hui en 2ième secondaire. La matière que je préfère c’est les maths, car c'est ça que je comprends le mieux. La chimie je n'aime pas trop et je trouve cela difficile.
 
Aujourd'hui ma mère vient aussi au CPAJ pour participer aux activités de l'association des mamans. Elle aime venir dans cette association pour échanger avec d'autres mamans.
 
Après avoir fini d’étudier je voudrais être directrice d'un centre pour accueillir aussi les enfants qui ont beaucoup de problèmes. Cela me permettra de donner mon témoignage aux autres jeunes pour les aider.
 
Aujourd’hui quand je rencontre un enfant qui vit dans la rue je vais lui parler pour lui dire qu'il faut venir dans des centres comme le CPAJ. Souvent les enfants m'écoutent mais ils ne changent pas facilement. Des fois, ils ont trop de problèmes avec leur famille et ils ne veulent pas les revoir. Certains des jeunes que je rencontre ne veulent pas me croire. Quand je les croise à nouveau ils me demandent "mais tu as vraiment habité et quitté la rue ?"



Sur ce blog vous pouvez aussi retrouver les éléments suivants :

 

 

 

 

 

 

 



Pour toute question, suggestion ou remarque, merci de nous contacter sur l’adresse email suivante : cepajeune1@yahoo.fr

Commenter cet article